UBI CARITAS ET AMOR

Chers Visiteurs, en ce Jeudi Saint, voici en partage ce très joli chant de Taizé:

Ubi caritas et amor, ubi caritas Deus ibi est. (Là où sont la Charité et l’Amour Dieu est présent)

 Ô Christ, c’est ton amour qui nous rassemble tous.

Que ton amour, ô Jésus Christ, soit maître de nos vies.

Aimons-nous les uns les autres comme Dieu nous aime.

Vivant d’un même pain, n’ayons qu’un même amour.

 L’amour de Dieu en Jésus Christ nous apporte la joie éternelle.

 L’amour de Dieu en Jésus Christ demeure à jamais.



LETTRE DU PÈRE GEORGES DEPTULA

Chers Visiteurs, de la Communauté de Paroisse…et d’ailleurs, nous vous invitons à prendre connaissance de la lettre du père Georges, parue aussi sur le site de notre Archiprêtré                          https://paroissesboulay.com/

-:-:-:-

Vivre le temps pascal pour grandir dans la foi !

Si Pâques est, en définitif, un heureux événement pour Jésus, elle est aussi un heureux bouleversement pour ses disciples. Oui, car jusqu’à ce moment-là, ils ne savaient pas ce que voulait dire Jésus quand il annonçait sa résurrection d’entre les morts. C’est seulement quand ils ont rencontré leur Maître vivant, qu’ils sont devenus réellement ses disciples et ils ont cru en ses paroles. Ils ont donc cru en un vivant qui a conquis pour nous le pouvoir au ciel et sur la terre.

Un spécialiste du Nouveau Testament a écrit il y a trente ans un livre bien connu sous le titre de « L’Ombre du Galiléen ». Gerd Theissen dit : « mais si Dieu peut redonner vie à un mort, ne peut-il également revivifier nos cœurs de l’Esprit de vie et nous rendre capables de choses que personne ne prendrait jamais pour possibles ? »

Et il y a dans l’histoire de la résurrection de Jésus des choses de l’ordre de l’impossible dont beaucoup ont du mal à croire. Mais malgré toutes les questions et les doutes qui accompagnent le retour de Jésus vivant, une chose est bien affirmée dans les écrits du Nouveau Testament, à savoir que nombreux étaient ceux qui ont vu Jésus de nouveau vivant. Et beaucoup ont trouvé la vérité dans ses paroles. Il est apparu à plusieurs après sa mort. Notre auteur poursuit son chemin et s’interroge sur la vérité de ces rencontres.

Et si ces apparitions n’étaient qu’imagination et hallucinations ? Difficile à répondre, car il ne s’agit pas d’un seul homme ou d’une Marie-Madeleine seulement.

Les disciples ont bien repris, tous ensemble leur place aux côtés de Jésus de l’après Pâques, car ils ont cru que Dieu était aux côtés de Jésus, même après sa mort. C’est l’Esprit de Dieu qui les a aidés à choisir le nouveau Jésus.

Il est donc vital pour nous aussi de nous laisser conduire par l’Esprit de la Pentecôte. C’est aussi important pour toute l’Église d’apprendre, grâce à l’Esprit, un langage toujours nouveau pour parler de Dieu et de ses merveilles aux hommes d’aujourd’hui. Savoir reconnaître qu’on ne sait pas tout de Dieu et qu’on ne comprend pas tout du sens de la mort de Jésus n’est pas une honte pour nous, car le mystère de la mort et de la résurrection de Jésus est grand. Mais il y a quelque chose d’essentiel à apprendre en ce temps pascal en observant les événements qui suivent la résurrection. C’est d’abord ce grand retournement que les disciples de Jésus ont vécu. C’est leur foi, leur engagement à sa suite, et leur courage de parler de lui malgré toutes les difficultés rencontrées.

Malgré le refus de certains, et même les persécutions, ils n’ont pas arrêté de parler de lui en l’annonçant comme un véritable médiateur entre Dieu et les hommes.

                                                                                              Georges DEPTULA